Quelques faits importants sur les cigarettes électroniques

La cigarette électronique est utilisée par plusieurs personnes dans le processus de sevrage de la cigarette classique. L’usage qu’en font les influenceurs sur les réseaux sociaux attire de nouveaux consommateurs. C’est une machine dite moins risquée pour la santé et respectueuse de l’environnement. Mais, qu’en est-il réellement ?

Les cigarettes électroniques sont dangereuses pour l’environnement

Pour promouvoir les cigarettes électroniques, les fabricants avancent l’argument qu’ils sont plus écologiques. En effet, on estime que la culture intensive du tabac dans certaines régions et les mégots de cigarettes sont de véritables sources de dégradation de l’environnement. Comme substitut, plusieurs pensent à la cigarette électronique. Pourtant, cette dernière a bel et bien des conséquences sur la santé comme vous pouvez le constater sur le site Parlorama qui aborde ce sujet en profondeur.

Lire également : Principes de la radiothérapie dans la prise en charge d’un cancer de la sphère ORL

Les cigarettes électroniques contiennent du plastique et les batteries intégrées contiennent des métaux lourds. Jusqu’à ce jour, aucun véritable système de recyclage de ces machines n’est mis en place. Or, certaines d’entre elles sont utilisables une seule fois, ce qui augmente énormément le rythme de production ainsi que des conséquences y afférentes. Les cigarettes électroniques ne sont donc pas si écologiques qu’on le pense.

Les chiffres clés

La cigarette électronique se répand progressivement au sein de toutes les couches de la population. Une étude Pasquereau publiée en 2021 montre que près de 40 % des personnes âgées entre 18 ans et 75 ans ont essayé la vapoteuse en 2020. Une hausse d’environ 4 % a été signalée comparée aux données de 2019. En 2021, 4,3 % des personnes enquêté, âgées entre 18 ans et 75 ans ont affirmé utiliser quotidiennement une cigarette électronique. Ce chiffre est plutôt stable selon les études de 2019. La recherche a également révélé que la quasi-totalité des vapoteurs sont des fumeurs. Seule une infirme partie du groupe admet n’avoir jamais fumé une cigarette traditionnelle.

Lire également : Comment bien choisir son miel ?

Ce qui inquiète le plus, ce sont les chiffres au sein des adolescents. Au niveau de cette couche de la population, on a constaté une hausse de près de 20 % de 2015 à 2018 d’adolescent ayant déjà expérimenté le vapotage (de 35 % à 52 %). Ces chiffres sont assez préoccupants d’autant qu’on sait que certains e-liquide sont assez riches en nicotine pour rendre accro une personne.

Les cigarettes électroniques : source de cancer

Tout comme avec la cigarette traditionnelle, les personnes qui utilisent les cigarettes électroniques sont sujettes au cancer. Le risque est toutefois moindre. Les études sur le sujet ne sont pas encore complètes, des recherches complémentaires seront nécessaires. Au fait, les cigarettes électroniques sont des sources de productions de substances cytotoxiques, de constituant potentiellement mutagènes, et de formaldéhydes qui représentent des produits cancérogènes. Une longue utilisation des cigarettes électroniques pourrait donc augmenter le risque d’être atteint d’un cancer. Les cancers les plus probables sont ceux relatifs aux voies respiratoires hautes, aux sinus et aux nasopharyngés.

Autres effets de l’e-cig sur la santé humaine

Les cigarettes électroniques sont la source d’autres problèmes techniques. On relève par exemple les impacts cardiovasculaires, principalement le stress oxydatif, une baisse de la rigidité artérielle, un dysfonctionnement endothélial, et le stress oxydatif. Notez également les problèmes d’intoxications dues à la nicotine ainsi que les problèmes buccodentaires. Il urge donc de reconsidérer les comportements vis-à-vis de la cigarette électronique.

Santé