5 mesures de protection pour assurer la sécurité du travailleur sur un chantier de construction

Les accidents de travail sont fréquents sur les chantiers de construction. C’est pourquoi il est impératif de prendre les précautions nécessaires pour les prévenir et protéger les travailleurs. À juste titre, cet article propose 5 mesures de protection du travailleur sur le chantier de construction.

Identification des risques liés aux travaux de construction

Avant d’amorcer les travaux sur un chantier de construction, il est important de faire un état des lieux. Il faut analyser et recenser tous les risques possibles d’accidents de travail.

A voir aussi : Pourquoi le service client est-il capital dans la téléphonie ?

Ainsi, conformément au code du travail travailleur isolé l’employeur prendra les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé de ses ouvriers.

Entre autres risques liés aux travaux de construction, on peut citer par exemple :

A lire en complément : Comment faire une matrice multicritère ?

  • les glissades ;
  • les trébuchements liés à l’absence d’éclairage, à la présence de débris sur les marches ;
  • les chutes de hauteurs ;
  • l’électrocution et l’électrisation ;
  • etc.

La formation des travailleurs sur les règles de sécurité du chantier

Après l’identification des risques, il faut former les employés sur les mesures de sécurité aussi bien individuelle que collective. On limite ainsi les cas d’accident de travail. La formation passe par les connaissances apportées aux travailleurs sur :

  • le rôle des équipements de protection individuelle ;
  • les équipements de protection collective ;
  • les sites à risques élevés sur le chantier ;
  • etc.

L’employeur doit s’assurer de l’effectivité de la formation. Il doit de surcroît fournir du matériel de travail adéquat à ses ouvriers.

Le port des équipements de protection individuelle

Les équipements de protection individuelle sont indispensables à tout travailleur sur un chantier de construction. Il s’agit :

  • des casques qui protègent des chocs ;
  • des masques pour la protection des voies respiratoires contre la poussière sous toutes ses formes… ;
  • des lunettes de protection ;
  • des dispositifs auditifs contre la nuisance sonore ;
  • des chaussures spécifiques (bottes…) ;
  • des gants de protection ;
  • des gilets de protection spécifiques aux travaux à effectuer.

La mise en place des mesures de protection collective

En dehors des équipements de protection individuelle, il faut adopter également des mesures collectives. Cela consiste à :

  • abriter les personnes et les instruments sous des hangars ou conteneurs ;
  • éviter l’accès aux zones dangereuses par des barrières ou panneaux de signalisation spécifiques ;
  • réduire les nuisances sonores, les émissions de particules nocives ; mettre en place des dispositifs antichute ;
  • etc.

L’utilisation des dispositifs d’alarmes pour travailleur isolé (DATI)

Ce sont des dispositifs de sécurité qui permettent de surveiller les activités du travailleur isolé sur un chantier de construction. Comme expliqué par Dati Plus sur sa plateforme en ligne, ces dispositifs sont munis d’un capteur. Ce dernier supervise les mouvements de l’ouvrier qui les porte.

Ainsi, toutes les situations anormales sont rapidement détectées et signalées au télésurveilleur. Celui-ci se met en communication avec le travailleur pour s’enquérir de la situation et le problème est pris en charge.

Par ailleurs, il est possible à l’ouvrier lui-même de lancer un signal d’alerte.

Les dispositifs en question sont des ceintures ou brassards pourvus d’un boîtier connecté intelligent ou des gilets sophistiqués intelligents. Ils possèdent de surcroît un système LED dont l’éclairage offre une bonne visibilité sur la position du travailleur à distance.

Business