Comment faire pour ne pas avoir la garde alternée ?

La séparation des parents, qu’ils soient mariés ou non, exige une refonte complète de l’organisation matérielle de la vie de l’enfant. Avant l’intervention du juge, aucun des parents n’avait la priorité sur la garde de l’enfant. Vous devez organiser avec une bonne intelligence les règles de garde qui respectent le mieux l’intérêt supérieur de l’enfant. En cas de désaccord, le juge ne peut pas simplement certifier un accord : il doit décider. Parmi les solutions dont il dispose, la garde alternative – qui, en principe, contredit la résidence habituelle de l’enfant avec l’un des parents avec l’un des parents avec un simple droit de visite et d’hébergement de l’autre parent – se développe de façon spectaculaire. Si ce type de séjour présente des avantages incontestables, ce n’est pas un droit. Dans cet article, nous examinerons les différents critères qui seront pris en compte par les juges de processus pour déterminer parfois l’octroi d’une autre garde au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant.

Le développement spectaculaire de la garde alternative et les avantages inhérents à cette garde

Selon les résultats d’une enquête réalisée en janvier 2019, la proportion d’enfants bénéficiant du régime de résidence alternative a doublé entre 2010 et 2016, portant le nombre de mineurs français dans une résidence alternative à environ 400 000. En effet, ce type de garde est de plus en plus reconnu, compris et célébré même par la population générale, ainsi que parmi les professions juridiques. La réalité socio-juridique selon laquelle les femmes sont presque toujours confiées à la garde des enfants disparaît progressivement, laissant de la place à des arrangements de garde d’enfants plus adaptés à leur temps.

A découvrir également : Les plaques funéraires : panorama sur cet accessoire

Ce développement rapide de la garde alternative reflète l’évolution remarquable de la conception familiale et de la conception familiale. l’égalité entre les hommes et les femmes au cours de la dernière décennie. Les femmes ne travaillent plus et ne sacrifient plus leur carrière ; les hommes n’ont plus honte de se consacrer à l’éducation de leurs enfants et beaucoup revendiquent leur statut de « père de la vie quotidienne ». La garde alternative présente également l’avantage d’assimiler les parents aux yeux des enfants et permet aux deux parents de maintenir une relation privilégiée avec l’enfant, ce qui est dû au simple droit de visite et d’hébergement de l’un d’entre eux.

A lire également : Entamer une procédure de divorce : pourquoi se faire accompagner par un notaire ?

La possibilité pour le juge de refuser la garde de remplacement au nom du bien-être de l’enfant

Bien que souhaitable à plusieurs niveaux, la garde de remplacement ne peut être faite au détriment de l’enfant. Il serait dangereux que la dimension de la demande, si elle n’est pas un militant de cette garde, face à la stabilité matérielle et psychologique de l’enfant le serait. Contrairement à d’autres systèmes juridiques européens, le droit français ne voit pas la garde alternative comme un principe ou une forme privilégiée de garde. Ce n’est qu’une option de l’alternative offerte aux parents, et sinon au juge de veiller à l’intérêt supérieur de l’enfant.

La mission du juge de la famille est claire. À l’instar de l’arrêt de la Cour d’appel de Versailles du 2 juin 2016, le juge doit « tenir compte uniquement de l’intérêt de l’enfant » lorsqu’il détermine les conditions de garde. Par conséquent, conformément à l’article 373-2-9 du Code civil, le consentement des parents ou la déclaration de l’enfant en faveur de la résidence alternée ne lie pas la décision du juge.

Pour accomplir sa mission, le juge peut prendre divers types de décisions. Il peut recourir à la garde alternative permanente, mais aussi à la garde temporaire. une sorte de période d’essai — pour prononcer ou discuter de la résidence habituelle de l’enfant dans la maison de l’un des parents. Elle conserve donc une importante marge d’appréciation sur la base — c’est vrai, plus ou moins objectif — d’un certain nombre de critères juridiquement abordés.

Les principaux permis de refus de la garde alternative

Il est impossible de dresser un inventaire exhaustif des motifs du refus, sinon il est plus susceptible de s’écarter d’un juge à l’autre, ce que le juge peut contredire la garde alternative. Seul un cabinet d’avocats expérimenté dans ces sujets complexes et en évolution, comme Maître Genestier, peut défendre vos intérêts et ceux de vos enfants. Toutefois, il est possible d’établir à titre informatif quelques-unes des principales raisons du refus du juge de la garde alternative :

  • L’ impossibilité d’augmenter la stabilité de l’enfant garantie. Si un autre type de soins donne à l’enfant plus de stabilité, cela sera fait par le juge. Les magistrats, en fait, sont très attentifs à l’équilibre de l’enfant, qui est nécessaire à la construction de sa personnalité. Cela implique, par exemple, des déplacements raisonnables et moins fréquents, une bonne compréhension entre les parents et la prise en compte de la situation psychologique individuelle de chaque enfant, y compris ses faiblesses. C’est un critère général qui sous-tend les autres.
  • L’ enfance de l’enfant. Un très petit enfant, c’est-à-dire, dont l’âge est inférieur à trois ans, n’est presque jamais maintenu sous le mode de résidence alternative. En appliquant ce critère, les juges suivent les recommandations des pédopsychiatres qui ont prouvé l’impact négatif de cette garde sur l’enfant dès les premiers stades de leur vie. S’il n’y a pas l’âge clairement défini, la garde alternative pendant deux ans est difficilement possible et, selon le profil de l’enfant, être difficile à penser avant d’entrer dans le CP.
  • Le manque d’adhésion de l’enfant. Dans certains cas, la résistance de l’enfant à ce type de garde peut être perçue par le juge comme mettant en danger ses chances de succès. Le juge peut donc refuser la garde de remplacement si l’enfant ne s’y conforme pas.
  • Le conflit entre les parents. Les conflits entre parents peuvent constituer un obstacle inégalé à la mise en place d’une autre garde s’ils ne sont pas en mesure d’avoir un dialogue respectueux ou d’une harmonie suffisante pour les choses quotidiennes. Le litige n’est plus l’argument avancé par les juges sur le fond, étant donné qu’un arrêt de la Cour de cassation a annulé ce motif de refus. Cependant, dans la pratique, les conséquences du conflit – instrumentalisation des enfants, insulte à l’autre parent avant l’enfant ou incapacité de l’un des parents, bonne intelligence avec l’autre parent au détriment de l’enfant – peuvent décider de refuser une autre garde.
  • éloignement géographique et la scolarisation. L’ Si les parents vivent loin les uns des autres, la possibilité d’une autre garde est souvent affectée. Dans certains cas, il est possible de résoudre ce problème, par exemple, en achetant une deuxième maison près de la maison de l’autre parent. Le point le plus critique est, en fait, la scolarisation de l’enfant. Le lieu de vie de chaque parent doit être compatible avec le maintien de la scolarité régulière sans placer l’enfant sous des restrictions quotidiennes. Par exemple, la garde alternative n’est pas possible si la distance entre les maisons exige que l’enfant fréquente deux écoles différentes en même temps ou que l’un des parents le réveille à cinq heures du matin pour l’emmener à l’école.
  • Présence insuffisante d’un parent. Si l’un des parents a une profession trop engagée, le juge peut refuser la garde de remplacement. Les parents doivent avoir une vie professionnelle compatible avec la garde de l’enfant. En ce sens, l’un des parents peut avoir le privilège d’obtenir la garde s’il s’avère être beaucoup plus disponible que l’autre (voir, par exemple, le juge peut être tenu d’approuver la garde de remplacement si le parent non disponible démontre qu’il est disposé à jouer pleinement son rôle, par exemple en organiser sa planification professionnelle ou organiser la garde des enfants pendant son absence.

Nous avons un une grande expertise a été développée pour aider les parents qui souhaitent mettre en place des services de garde d’enfants de remplacement et pour assumer avec eux un rôle de plaidoyer et de soutien. Vous pouvez nous joindre au 04 78 65 03 92 ou par e-mail à avocat@clairegenestier.fr .

Famille